Regional Covid-19 Resources and On Reserve Stats by Region Below - Black = Cases, Green = Recovered, Red = Deaths - Updated Daily
BC
151 | 02 | 30
AB
289 | 01 | 53
SK
97 | 04 | 00
MB
21 | 00 | 00
ON
71 | 02 | 22
QC
47 | 01 | 44
ATL
00 | 00 | 00
YT
00 | 00 | 00
NWT
00 | 00 | 02
 

Widgetized Section

Go to Admin » Appearance » Widgets » and move Gabfire Widget: Social into that MastheadOverlay zone

Aboriginal Seniors among Canada’s most vulnerable citizens

hcc logo 3

 

 

 

 

For Immediate Release

 Aboriginal Seniors among Canada’s most vulnerable citizens
Little or no coordination between health care services provided by governments
 and health authorities according to new report

Toronto, ON (November 28, 2013) – A new report by the Health Council of Canada says that governments must make a greater effort to collaborate to improve health care for First Nations, Inuit, and Métis seniors. The report, Canada’s most vulnerable: Improving health care for First Nations, Inuit, and Métis seniors, shows they often do not receive the same level of health care as non-Aboriginal Canadians because of poor communication, collaboration, and disputes between governments about who is responsible for the care of Aboriginal people.

The Health Council says that little attention has been paid to date to the health care needs of Aboriginal seniors in either research or public policy. Yet in comparison to the larger Canadian population, a significantly higher proportion of Aboriginal seniors live on low incomes and in poor health, with multiple chronic conditions and disabilities. Many are in poorer physical and mental health due to the disruption to their way of life caused by colonization, particularly the intergenerational impacts and trauma of the residential school experience. These health needs are magnified by poverty, poor housing, racism, language barriers, and cultural differences.

“Aboriginal seniors have more complex health needs than other Canadian seniors, but they often don’t receive the same level of care,” says Dr. Catherine Cook, a Councillor with the Health Council of Canada who is Métis.  Home care for First Nations seniors on reserve is one example discussed in the report. “In some provinces, there can be quite a discrepancy between the level of care available to First Nations seniors on reserve, and what is available to seniors in the rest of the province,” she says. “At the same time, some provinces have inadvertently caused more pressure for on-reserve home care programs by creating policies that send people home earlier from the hospital.”

The Health Council’s report contains promising practices from across Canada where governments, health regions, and Aboriginal communities have formed partnerships to improve health care for Aboriginal seniors and other Aboriginal people. “The ground-breaking transfer of health authority to the new First Nations Health Authority in BC is the highest profile example of this type of partnership,” says John G. Abbott, CEO of the Health Council of Canada. “We heard about many emerging partnerships at a local or regional level, where people were surveying Aboriginal seniors to find out their needs, and working together to make improvements,” says Abbott.

The purpose of this report, he adds, is to give governments, regional health authorities, and health care providers a better understanding of the problems faced by First Nations, Inuit, and Métis seniors, and to provide them with examples of how they can do things differently.

To download the full report, visit: healthcouncilcanada.ca/improvinghealthcare.

-30-

About the Health Council of Canada

Created by the 2003 First Ministers’ Accord on Health Care Renewal, the Health Council of Canada reports on the progress of health care renewal, and disseminates information on best practices and innovation across the country. The Councillors are appointed by the participating provincial and territorial governments and the Government of Canada. In April 2013, the federal government announced it will be winding up funding for the Council such that the Council will conclude its operations by March 31, 2014.

For more information or to arrange an interview please contact:

Natalie Pavlenko, Manager, Media Relations, Health Council of Canada
[email protected], O: 416-480-7082, C: 416-571-8912

Morgan Cadenhead, MAVERICK, 416-640-5525 x 240, [email protected]

—————————–

Pour diffusion immédiate

Les personnes âgées autochtones comptent parmi les citoyens
 les plus vulnérables au Canada

Peu ou pas de coordination entre les services de soins de santé fournis par les gouvernements
et les autorités sanitaires, selon un nouveau rapport

Toronto, Ontario (28 novembre 2013) – Un nouveau rapport du Conseil canadien de la santé déclare que les gouvernements doivent faire de plus grands efforts pour travailler en collaboration afin d’améliorer les soins de santé pour les personnes âgées des Premières Nations, inuites et métisses. Ce rapport, intitulé Les plus vulnérables au Canada : Améliorer les soins de santé pour les personnes âgées des Premières Nations, inuites et métisses, montre que souvent ces personnes ne reçoivent pas le même niveau de soins de santé que les Canadiens non autochtones, en raison de difficultés de communications et de collaboration, ainsi que de conflits entre les gouvernements sur la responsabilité d’assurer des services de santé aux Autochtones.

Le Conseil de la santé souligne que les besoins en soins de santé des personnes âgées autochtones n’ont guère retenu l’attention jusqu’à présent, pas plus dans les recherches que dans les politiques publiques. Pourtant, comparativement à l’ensemble de la population canadienne, un pourcentage bien plus important de personnes âgées autochtones disposent d’un faible revenu et sont en mauvaise santé, souffrant de maladies chroniques multiples et d’invalidité. Beaucoup sont en plus mauvaise santé physique et mentale en raison des séquelles laissées par la colonisation sur leur mode de vie, et surtout des répercussions et des traumatismes intergénérationnels d’une enfance en pensionnat indien. Ces besoins de santé sont exacerbés par la pauvreté, les mauvaises conditions de logement, le racisme, les barrières linguistiques et les différences culturelles.

« Les personnes âgées autochtones ont des besoins de santé plus complexes que les autres Canadiens âgés, mais souvent elles ne reçoivent pas le même niveau de soins », dit la Dre Catherine Cook, conseillère du Conseil canadien de la santé, qui est elle-même Métisse. Les soins à domicile en sont un exemple noté dans le rapport. « Dans certaines provinces, il peut y avoir un écart entre le niveau des soins offerts aux aînés des Premières Nations dans les réserves, et ce qui est offert aux personnes âgées dans le reste de la province »

précise-t-elle. De plus, certaines provinces ont malencontreusement créé plus de pression encore sur les programmes de soins à domicile dans les réserves en adoptant des politiques qui accélèrent les sorties des hôpitaux pour les patients. »

Le rapport du Conseil de la santé présente des pratiques prometteuses d’un peu partout au Canada, montrant comment les gouvernements, les régions sanitaires et les communautés autochtones ont créé des partenariats pour améliorer les soins de santé aux personnes âgées autochtones et à l’ensemble de la communauté autochtone. « L’accord sans précédent de transfert des soins de santé à la First Nations Health Authority en Colombie-Britannique est le meilleur exemple de ce type de partenariat », dit John G. Abbott, chef de la direction du Conseil canadien de la santé. « Nous avons entendu parler de nombreux partenariats émergents, à l’échelle locale comme à l’échelle régionale, grâce auxquels les gens font des sondages auprès des personnes âgées autochtones pour déterminer leurs besoins et travaillent en collaboration pour apporter des améliorations », ajoute M. Abbott.

L’objectif de ce rapport, dit-il, est de mieux faire comprendre aux gouvernements, aux autorités sanitaires régionales et aux prestataires de services de santé les problèmes auxquels se trouvent confrontées les personnes âgées des Premières Nations, inuites et métisses, et de leur donner des exemples montrant comment faire les choses différemment.

Pour télécharger le rapport complet, visitez healthcouncilcanada.ca/improvinghealthcare.

-30-

À propos du Conseil canadien de la santé

Créé dans la foulée de l’Accord de 2003 des premiers ministres sur le renouvellement des soins de santé, le Conseil canadien de la santé est un organisme national indépendant qui prépare des rapports sur les progrès dans le renouvellement des soins de santé et diffuse à travers le pays de l’information sur les pratiques novatrices et l’innovation. Ses conseillers sont nommés par les gouvernements provinciaux et territoriaux participants et par le gouvernement du Canada. En avril 2013, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il mettrait fin au financement du Conseil, qui cessera ses activités le 31 mars 2014.

Pour plus de renseignements, ou pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Natalie Pavlenko, gestionnaire, Relations avec les médias, Conseil canadien de la santé
[email protected], B : 416-480-7082, C : 416-571-8912

Morgan Cadenhead, MAVERICK, 416-640-5525, poste 240, [email protected]